Le Projet

     INTERVIEW

 

Violaine quelle est ta motivation de base dans ton projet de reportage sur le Bénin ?

 » Je souhaitais depuis des années m’engager dans le cadre d’une action humanitaire où je pourrais servir une cause bien précise en usant de mes capacités professionnelles de photographe et de réalisatrice vidéo. »

As-tu choisi la cause en question ? Quelle est-elle et où est-elle située exactement ?

 « Oui, c’est au sud du Bénin que j’ai l’intention de me rendre en juillet/août 2018 pour y réaliser un reportage sur le Centre Damien de Molokaï qui organise une session de trois semaines animée par des bénévoles venus de France et qui aura pour objectif de fournir à des enfants béninois des moyens d’apprendre et de se distraire utilement. »

C’est donc les enfants béninois qui seront au centre de ton reportage photo et vidéo ?

« Tout à fait ! Je tenterai d’illustrer par l’image l’action de l’équipe d’animateurs qui mettra en œuvre des activités culturelles et à portée éducative, ainsi qu’un programme de théâtre musical visant à susciter le goût des enfants à l’expression corporelle. »

Et comment t’organises-tu sur le plan matériel ? Es-tu autosuffisante financièrement parlant ?

« Pas vraiment, justement je vais dépendre de l’aide qu’on voudra bien m’apporter car je dois financer mon voyage en totalité et l’achat de matériel photo et vidéo complémentaire avant mon départ. Sans l’aide de quelques sponsors et de généreux donateurs j’aurai bien du mal à boucler un budget… »

 A combien évalues-tu ce budget ? Et comment comptes-tu intéresser d’éventuels sponsors ?

« Il m’est difficile d’indiquer un chiffre précis à ce stade mais il devrait s’agir d’un somme située entre 1500 et 2500 euros. En échange de l’aide dispensée je pourrai offrir des images, photos et vidéos, que je m’appliquerai à rendre aussi attractives et intéressantes que possibles sur le Bénin, les enfants, leur vie de famille, l’éducation, et tout ce que mon reportage m’aura permis d’apprendre et d’enregistrer au cours de mon séjour de trois semaines. 

Biensûr, j’offrirai de nombreux cadeaux à ceux qui participeront à cette démarche, comme des séances photos en extérieur ou en studio, des créations d’albums, posters, et beaucoup d’autres idées. Je vais d’ailleurs mettre en place prochainement un appel au financement sur une plateforme de Crowdfunding ».

Quels sont d’après toi les sponsors ou les généreux donateurs susceptibles d’être intéressés et comment peuvent-ils te faire parvenir cette aide financière dont tu as besoin ?

« Je pense bien sûr à tous ceux qui ont de l’affection pour moi, parents et amis qui me connaissent bien et qui souhaiteraient m’aider à réaliser ce projet qui me tient à cœur. Au-delà il peut s’agir de personnes tout aussi concernées par ce projet solidaire et qui ont à coeur ce genre de démarches et qui souhaitent à leur tour apporter une pierre à l’édifice. Peuvent être intéressés, les sponsors commerciaux, par exemple les marques du matériel professionnel que j’utilise, des revues spécialisées sur les voyages, l’Afrique de l’ouest, des guides touristiques, des associations d’aide humanitaires. Je fournirai très prochainement le détail des différents moyens disponibles de me faire parvenir cette aide. »